Vous êtes ici : Accueil > Archives > Archives activités > Voyage en Ville > Le travail des enfants au 19ème siècle
Publié : 5 juin 2006

Voyage en Ville

Le travail des enfants au 19ème siècle

Des conditions de vie difficiles

Au XIX ème siècle, les enfants travaillent et ne vont pas à l’école. Les usines étant de plus en plus mécanisées, de nombreux postes de travail sont occupés par des manœuvres sans qualification. dès l’âge de 8 ou 9 ans, les enfants sont employés à ces travaux qu’aucune machine ne peut exécuter à cette époque. Les patrons encouragent le travail des enfants. Leur habilité et leur petite taille sont bien utiles pour certaines tâches. Et surtout, un adulte effectuant un travail similaire doit être payé trois à quatre fois plus. Bien souvent, comme leurs salaires ne sont pas suffisant pour vivre, les parents eux-mêmes font embaucher leurs enfants par l’usine.

Dans les filatures, l’agilité, la souplesse, la petite
taille des enfants sont utilisées par exemple pour attacher les fils brisés sous les métiers à tisser en marche, nettoyer les bobines encrassées, ramasser les fils de coton. Les enfants sont aussi chargés de surveiller les machines (ils doivent alors rester jusqu’à 16 heures debout), de travailler à la machine à dévider (ils sont alors assis sur des tabourets trop hauts pour eux afin de les empêcher de relâcher leurs efforts).

À Elbeuf, les enfants travaillent dans les manufactures textiles. On les appelle les « rattaqueux » car comme ils sont petits, ils peuvent passer sous les machines et raccorder les fils cassés.
Ils travaillent de 15 à 16 heures par jour.

En 1882, Jules Ferry

Jules FERRY

rend l’école gratuite, laïque et obligatoire de 6 à 13 ans. Si les parents n’envoient pas les enfants à l’école, ils sont punis par la loi et risquent d’aller en prison.

Suite à cela, les lois sont votées pour améliorer la vie des enfants. Ils travaillent moins, apprennent à lire et à écrire.